AU SOMMAIRE :

Avant de se lancer dans tout projet Web, et ce quelque soit son ambition, il serait préférable de s’intéresser au Web lui-même dans ses deux principaux aspects :

  1. Son usage par les internautes
  2. Son fonctionnement technique

Pour ce qui est de l’usage, à l’instar de la technique, l’évolution peut être rapide. Il est peu probable que ce qui est valable aujourd’hui le sera encore dans quelques années.
L’usage a en outre une conséquence directe sur l’évolution de la technique. Le meilleur exemple est l’arrivée du mobile et des tablettes, dont on connaît le succès fulgurant, qui ont sensiblement modifié la façon de construire un site Web.

L’usage du Web aurait davantage sa place dans un volet consacré au Webmarketing.

Pour le moment, sans forcément rentrer dans des détails complexes et en essayant d’être concis, commençons par une approche technique du Web. Vous allez voir que ça peut vous surprendre 😉

L’Internet

Schéma fonctionnement Internet

Avant de nous intéresser à proprement parler de ce qu’est le Web, la logique voudrait qu’on regarde d’abord ce qu’est l’Internet. Et la logique en informatique, c’est primordial 🙂

– « Comment ça, le Web et l’Internet ne sont pas la même chose ? »

Non, le Web fait parti de l’Internet.

La plupart des utilisateurs du Web ne font pas le distinguo entre ce dernier et l’Internet (mais il se peut que vous soyez de ceux qui connaissent la différence. Pour les autres, je vous invite à lire la suite).

Internet est un ensemble de réseaux informatiques interconnectés (« net » étant le diminutif de « network », c’est-à-dire réseau en anglais). On l’appelle en conséquence « le réseau des réseaux ».

La petit histoire veut qu’il ait été inventé par l’armée américaine, afin de créer un réseau informatique sans point central pour empêcher sa destruction totale.

Sa principale fonction est la transmission de données (la fameuse « autoroute de l’information ») de machine à machine et de machine à l’Homme, et donc de rendre divers services.

Or, le Web est justement un de ces services, et très certainement le plus connu au point d’être très souvent confondu avec le Net. C’est l’utilisation d’un logiciel spécifique qui permet de distinguer un service du Net en particulier.

services-internet

Parmi ces services, on compte :

  • Le Web (plus exactement le « World Wide Web ») est accessible avec un navigateur (tel que Chrome ou Firefox),
  • Les Emails (ou « Courriels »), avec un logiciel comme « Mail » sur Mac OS ou les dérivés de Outlook Express sur Windows,
  • Le Chat (prononcez « tchate » ou « Messagerie Instantanée »), très vaste sujet, qui englobe l’IRC ou la VoIP, utilisable notamment avec JchatIRC ou Skype,
  • Le téléchargement de divers types de fichiers,
  • Le flux de données en continu (streaming radio, par exemple, avec un logiciel dédié à la musique),

Donc, en réalité, le Web n’est qu’une partie de l’Internet. Cette confusion entre le Web et l’Internet vient certainement d’un abus de langage, compréhensible dans la nébuleuse qu’est l’informatique.

L’autre explication se trouve dans le fait que depuis une page Web, on peut par exemple envoyer des emails, « tchatter » ou télécharger dans les deux sens (« upload » et « download »). Le Web se substitue donc d’une certaine façon à l’Internet.

Je vous avouerai qu’il m’arrive aussi d’être quelque fois laxiste sur la question… Parle de « site Internet » ne me gêne pas trop par exemple, encore qu’il ne faudra pas employer cette association…

Le Web

Schéma fonctionnement WebLe Web, connu aussi par son label WWW (pour World Wide Web, littéralement la « grande toile d’araignée mondialisée »), est incontestablement la star de l’Internet.

À tel point que, comme nous venons de le voir, ce « couteau suisse » informatique est utilisé pour (à peu près) tout, mais c’est bel et bien la consultation de pages qui est sa première fonction.

Le Web est composé de pages virtuelles qui proposent un contenu multimédia.

Ces dernières sont généralement regroupées dans des ensembles thématiques appelés « sites Web ». Ces innombrables pages Web sont reliées entre elles par des liens (un peu comme des fils, d’où la référence à la toile d’araignée, traduction littérale de l’anglais). Et quelle immense toile !

 

La page Web

Si l’ensemble des internautes savent qu’un site Web est une sorte de revue virtuelle et souvent interactive, la page Web est, à mon avis, moins bien perçue.

Car en réalité, une page Web n’est rien d’autre qu’un simple fichier. Celui-ci se charge dans un logiciel appelé navigateur, tel que Firefox ou Chrome, au moment où on décide de consulter la page à laquelle il fait référence.

Ce fichier peut être statique (il est alors simplement stocké sur un serveur) ou le fruit d’un assemblage dynamique (voir sites web statiques et dynamiques). Une fois chargé, le fichier peut interagir avec l’internaute.

 

L’adresse d’une page Web (URL)

Concrètement, imaginons une page traitant de Lille. Celle ci se présenterait à l’adresse « http://www.lille.fr/que-faire-a-Lille/envie-de-culture/theatres-et-spectacles ». Regardons là plus en détail :

  • « http:// » : mais qu’est-ce que peut bien signifier ce terme barbare ? C’est juste l’abréviation de « Hyper Text Transfert Protocol ». Traduction faite de la langue de Shakespeare, « Protocole de Transfert Hyper Texte ». Protocole renvoie au fait qu’il y ait des règles à respecter pour que votre page Web puisse parvenir jusqu’à vous (d’où « Transfert ») et s’afficher correctement.
  • « www. » : abréviation de World Wide Web (que nous venons de voir plus haut). Simple label, qui n’a pas d’importance dans le fonctionnement d’une page.
  • « lille.fr » : lille désigne le nom du site. Le « .fr » indique que ce guide voyage appartient à la famille des sites français.
  • « que-faire-a-Lille/envie-de-culture/theatres-et-spectacles » : « Que-faire-a-Lille » et « Envie-de-culture » désignent respectivement un répertoire (un dossier, si vous préférez), tandis que « Theatres-et-spectacles » indique la page.

Les connaisseurs auront compris que j’ai simplifié l’explication concernant le nom du fichier : chaque chose en son temps ^^

 

Le HTML

Abréviation de « Hyper Text Markup Language ». Il s’agit du langage (invisible aux visiteurs) qui permet de structurer une page Web. En gros, le HTML dit « il y a un titre ici » et « une image là ». Pour plus de détail, je vous invite à lire l’article consacré au HTML (simple approche, rassurez-vous).

 

Le serveur Web (ou Hébergement)

Serveur WebUn serveur est un ordinateur qui se distingue des ordinateurs domestiques par le simple fait qu’il est dédié à communiquer uniquement avec d’autres machines (appelés « clientes »).

Un machine cliente peut avoir plusieurs formes comme nous l’avons vu (ordinateur, smartphone, tablette, etc.).

Un serveur est généralement un ordinateur rangé dans une sorte d’étagère, où résident un tas d’autres serveurs.

La chaleur d’une salle de serveurs est très élevée (problème qui trouve pas mal de solutions cela dit).

Bien qu’autonome et non utilisé directement par l’Homme, des techniciens réseaux peuvent intervenir dessus pour la maintenance. Les serveurs sont programmés (par l’Homme) pour agir seuls 24 heures sur 24, à des vitesses impressionnantes.

C’est exactement ce qui se passe pour vous maintenant (mais si!). Vous avez demandé avec votre machine (cliente) d’accéder au serveur Web hébergeant le site « www.netprog.fr » pour consulter cette page.

Concrètement, voici ce qui s’est passé : en tapant l’adresse « www.netprog.fr » sur votre navigateur Chrome (pour l’exemple), vous avez demandé en validant :

– « je voudrais consulter le site www.netprog.fr car il est super génial avec ces explications super claires. » (ce n’est pas ce que vous avez voulu dire ? ^^’)

Votre brave navigateur a alors cherché sur un annuaire à quoi ça correspondait (un peu comme vous pour un numéro de téléphone).

– « Ah, je vois, dit votre navigateur, ce site Web est consultable à une adresse IP (du genre 172.16.254.1) »

Le navigateur arrive devant le serveur hébergeant le site Netprog.fr :

– « Dis moi serveur, puis-je avoir les données de la page Netprog.fr ? »

– « Mais bien sûr, répond le serveur. Tiens voilà les cartons, tu assembleras cette page chez ton navigateur Web . »

Bon, en dépit d’une explication peut-être un peu trop imagée afin de moins crisper les plus réfractaires à l’informatique, c’est globalement ce qui se passe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*