Voilà maintenant des années que j’écoute des personnes me parler de leur projet Web : site vitrine, e-boutique, blog, … Et j’ai constaté que ce sont souvent les mêmes erreurs qui reviennent :

  • la précipitation,
  • l’oubli de l’expérience utilisateur,
  • la méconnaissance du Web (donc du Webmarketing),
  • un budget inadapté

Pourtant, il y a quelques erreurs, qui peuvent vite se transformer en pièges coûteux et désastreux pour votre image, que vous pourriez éviter en lisant cet article (entre autres).

Se précipiter

Se précipiter, c'est échouerVous avez un projet Web pour votre activité ? Très bien ! Alors surtout, ne faites rien 🙂 Car il faut bien réfléchir avant de se lancer. Il s’agit de mettre une stratégie efficace pour éviter de tomber dans le tout premier piège des webmestres : l’abandon de votre site Web.

Soyez conscient(e) que c’est vous engagez à long terme.

De plus, être présent sur le Web ne se résume pas qu’à un site Web à fabriquer. Et rien que ce dernier vous prendra beaucoup de temps : plan du site, écriture des premiers textes, création et acquisition des médias (images, vidéos, etc.), choix du design de votre thème (retouches ou création si nécessaire), développement technique (même avec un CMS comme WordPress ou Wix, il faudra que vous vous intéressiez à un minimum d’éléments, ne serait-ce pour garantir la rapidité de chargement de vos pages).

Le Webmarketing (réduit bien souvent au simple concept de référencement) sera beaucoup plus chronophage.

Vous ne pourrez pas tout déléguer. Il vous faudra discuter autant que possible avec la ou les personnes en charge de votre site Web et de sa visibilité. Donc, du temps à prévoir dans votre agenda.

Ne pas se préparer

Bien se préparer

Que diriez-vous si je vous disais que ça fait plus de vingt ans que je n’ai pas fait de sport et que j’envisage de m’inscrire aux prochains Jeux Olympiques ? J’imagine que vous trouveriez ça étrange. Alors imaginez mon sentiment quand des personnes ont la folie des grandeurs sans jamais s’être vraiment intéressées au Web.

Évidemment, il faut connaître les tendances des Web, et pas seulement sur le plan économique (j’y reviendrai). Surtout si vous faites de votre site la principale source de revenus.

Oublier de se préparer, c’est se préparer à être oublié.

Prenez au minimum un mois pour imaginer votre site Web, et rien que votre site Web (juste après avoir évalué la viabilité de votre projet).

Dans quelle direction allez-vous partir ? Comment s’organisera l’ergonomie du site ? Quels seront les axes de visibilité réaliste ? Où dois-je dépenser de l’argent et là où je peux en économiser ? Quelle technologie utiliser ? Le nom de domaine (et de marque) est disponible et légalement utilisable ?

Un site Web, ça ne commence pas au moment où vous devez concevoir le cahier des charges avec votre prestataire, ou pire, devant votre écran en train de configurer votre CMS.

La préparation vous garantira de perdre le moins d’argent possible, et très certainement d’en gagner 😉

Faire un site pour soi-même

Faire un site pour soi-mêmeJ’ai remarqué que dans la plupart des cas, une même volonté revient chez les webmestres en herbe : faire un site web pour soi-même. Sans doute y’a-t’il une part d’orgueil, à mon avis inconsciente, pour partir dans cette direction.

Il faut se souvenir qu’un site Web est avant tout un support de communication. Non seulement il doit être clair, mais surtout il doit être visible, compréhensible et agréable à visiter.

Or, c’est à peu près toujours la même chose que j’entends : « Je veux un beau site. »

Vouloir un beau site, qui met en valeur son activité, est à mon avis la deuxième plus grande erreur de débutants, après le manque de préparation (ou improvisation si vous préférez).

Posez-vous cette question : allez-vous sur le Web pour trouver des sites magnifiques ou pour trouver l’information ou le service que vous étiez venu chercher ?

Il faut bien comprendre que l’idée que vous vous faites de votre site Web est peut-être très loin des attentes de vos visiteurs ou de vos clients.

La stratégie de votre projet Web est prioritaire : comment faire venir des internautes et comment leur proposer une expérience agréable pour garantir le succès de mon activité ?

Cette stratégie est d’autant plus importante qu’elle constitue votre ROI (Return Of Invesment, soit “ Retour sur investissement ”).

Évidemment, avoir un beau site est important (je ne dirai jamais le contraire). Disons qu’il faut au moins un design adapté à votre activité. Mais faites de l’esthétisme le dernier point à voir ! Le référencement avant le visuel 😉 

Créer un site Web dépassé

technologie dépasséeComme vous le savez peut-être, l’ordinateur tend à disparaître au profit des tablettes et des smartphones.

Ça veut non seulement dire que votre thème graphique doit s’adapter à différentes tailles d’écrans, mais en plus que certaines technologies sont à bannir, comme le Flash.

Là encore, apprenez à connaître le Web, et pensez à l’évolutivité de votre support de communication. Il est fort probable que vous devriez revoir votre site tous les 3 ans.

En outre, l’absence de mise à jour est une faille de sécurité et peut supposer que votre site ne fonctionnera plus (s’il est conçu dans un langage de programmation devenu obsolète par exemple).

Un site à jour offre plus de possibilités, plus de performance, et donne une image moderne à votre activité. Il sera enfin plus facile à maintenir (donc vous fera gagner du temps).

Estimer un budget peu réaliste

Se faire de l'argent avec son site WebComment savoir si vous dépensez trop d’argent pour votre site ? C’est simple : s’il vous rapporte moins que votre mise, c’est que vous avez créé un site trop cher (et je ne parle que des ressources uniquement gagnées par votre site).

Rappelez vous : c’est le retour sur investissement qui compte !

Faire un site soi-même ou par un(e) ami(e) non professionnel(le), c’est à mon avis le meilleur moyen d’échouer.

Ça ne veut pas dire que votre site vitrine doit vous coûter une fortune : si vous souhaitez une simple présence, sans référencement derrière, un budget modeste peut convenir.

Par modeste, n’allait pas croire qu’on peut avoir une Ferrari au prix de la voiture de « monsieur tout le monde ». Soyez plus que suspicieux si quelqu’un vous propose un tarif très bas (en dessous de 500€ ou de 3500€ pour du e-commerce).
Par expérience, je sais qu’on cherche toujours à améliorer ce qu’on avait en tête (c’est particulièrement vrai sur l’esthétisme).

Un budget de 500€ pour un site n’est pas réaliste. Même par année. Ça sera forcément du bricolage, avec des erreurs qui peuvent être particulièrement néfastes et très difficiles (et longues) à réparer.

Si vous dépensez plus, c’est que vous avez confiance dans votre projet et dans la stratégie employée.

Là où vous pouvez faire de substantielles économies est justement dans la préparation. Soyez très précis dans vos choix, et gardez la main sur l’ensemble des composants de votre projet (nom de domaine, hébergement, code source, etc.) afin d’éviter les mauvaises surprises.

Un entretien avec un professionnel est particulièrement recommandé, sauf s’il agit d’un site personnel ou d’un blog évidemment. Mais notez que dans ce cas, les autres conseils listés dans cet article s’appliquent tout de même 😉